Pour ne pas rester bloqué en pleine conversation : les mots fourre-tout

C’est votre principale peur lorsque vous vous lancez en anglais : ne pas trouver le mot ! Rester bloquer eu beau milieu d’une phrase alors que le noir le plus complet se fait dans votre esprit.

Alors nous vous avons fait la liste des mots fourre-tout à utiliser lorsque le « bon » mot ne vient pas, comme on le ferait en français quand on demande « Tu peux me passer ce truc STP ? » lorsque l’on a besoin du tournevis ou de l’agrafeuse, et que non, décidément non, on ne retrouve pas comment se dit « tournevis » ou « agrafeuse »…

Les trucs et les machins

La traduction anglaise de « chose », c’est « thing ». Pas étonnant donc que la plupart des mots fourre-tout concernant les objets soient basés sur la racine « thing ».

Le plus simple est « thingy », comme par exemple dans la phrase « I need that thingy, please » (j’ai besoin de ce truc STP) – dans laquelle vous vous attendez à ce que votre interlocuteur soit en mesure de définir par lui-même quel est exactement ce « thingy »…

Nous vous conseillons de retenir ce terme. Les autres sont beaucoup plus drôles… mais pas forcément simple à retenir ! Effectivement, on peut remplacer « thingy » par « thingumabob » ou encore « thingumajig ». Nous vous mettons au défit d’utiliser l’un ou l’autre de ces mots lors de votre prochaine conversation en anglais !

Mr ou Mme Machin

Comme avec les objets, il nous arrive d’oublier le nom des gens. La solution ? Utiliser un mot fourre-tout, qui changera selon que la personne en question est un homme ou une femme.

Pour les hommes, ce sera « Whatshisname » (What is his name ?), et pour les femmes « Whatshername » (What is her name ?)

Notre conseil : Entrainez vous un peu sur la prononciation avant de vous lancez. Si vous êtes déjà un peu stressé.e de ne plus trouver vos mots, il serait dommage de rajouter de la difficulté en utilisant à la place un mot que vous n’arrivez pas à dire correctement. Nous voulons vous aider, pas vous enfoncer !

Et vous, avez-vous des mots à vous que vous utilisez quand vous bloquer dans une conversation ? On attend vos propositions en commentaire.

Focus sur la formation « I want to change job ! »

Prévue au départ pour les personnes souhaitant travailler à l’étranger, la formation « I want to change job » évolue et s’adapte aux besoins de tous ceux qui s’attendent à passer une partie de leur prochain entretien d’embauche « in English »

Pour vous aider à être prêt le jour J à l’heure H, nous vous proposons un entrainement en 4 étapes personnelles, réalisables chez vous, à votre rythme, et un accompagnement personnel par visio.

Le programme de la formation « I want to change job »

Chacune des étapes est bien évidemment 100% in English

Première étape : se mettre dans le bain, chauffer son anglais, revoir ses motivations pour changer de job, préparer ses arguments

Deuxième étape : écrire sa lettre de motivation

Troisième étape : préparer votre CV

Premier accompagnement : 1/2h en visio pour relire de votre CV et de votre lettre de motivation et discuter de vos motivation

Quatrième étape : préparer votre prochain entretien d’embauche In English

Deuxième accompagnement : 1/2h en visio pour réaliser un entretien d’embauche

Cette formation est pour vous ?

Inscription

FAQ

Est-ce que mon niveau d’anglais est suffisant pour faire cette formation ? Evidemment, pour être en mesure de passer un entretien d’embauche en anglais… il faut un niveau minimum. Nous constatons que cela devient possible à partir d’un niveau B2. Pour connaitre votre niveau, nous vous conseillons le test suivant : Test

Est-ce que cette formation va me plaire ? Nous en sommes surs, mais nous comprenons que vous souhaitiez vous en assurer. Alors sur simple demande sur notre page de Contact, nous vous envoyons gratuitement la première étape de la formation (échauffement et point sur vos motivations)

La formation est-elle adaptée aux jeunes diplômés ? Il peut être plus difficile de préparer un CV en anglais lorsque l’on débute, ou de se mettre en valeur au cours d’un entretien alors que l’on n’a pas encore d’expérience. Alors pendant cette période un peu compliquée pour les jeunes diplômés, nous rajoutons un entretien d’1/2h entre les étapes 2 et 3. Pas besoin de justificatif, nous vous faisons confiance.

Quel système utilisez-vous pour les visio ? Nous utilisons Whereby, plateforme de visioconférence européenne. Ce système est en anglais, mais il y a seulement 2 boutons à cliquer pour accéder à la salle de visio. Nous vous envoyons un lien juste avant votre premier entretien, et vous n’avez qu’à cliquer dessus.

Quand puis-je commencer ma formation ? Nous limitons volontairement le nombre de formations chaque mois afin de pouvoir passer le temps nécessaire avec chaque stagiaire. Nous mettons le compteur à jour chaque début de mois afin de proposer 10 nouvelles sessions de formation. Si plus aucune place n’est disponible actuellement, vous pouvez aussi nous envoyer un mail à l’adresse the.floating.mushroom@gmail pour être sur.e d’être le ou la premier.e informé.e le mois suivant.

Nos agendas sont-ils compatibles ? Pour le vérifier, n’hésitez pas à faire un tour sur mon agenda en ligne où vous trouverez toutes mes dispos jusqu’à la fin du mois prochain (mise à jour mensuelle) : Agenda

Combien ça coute ? 40€ TTC pour le workbook de 32 pages et les 2 accompagnements personnalisés (ou 3 accompagnements personnalisés pour les jeunes diplômés)

Comment je m’inscrit ? En suivant le lien ici

Inscription

Conversation « In English »

Souvent, on me dis « j’aimerais bien participer à des clubs de conversation, mais je ne sais jamais quoi dire… » C’est vrai, faire la conversation n’est pas toujours simple en français, alors en anglais… Mais voici quelques petites astuces qui pourraient bien vous aider à devenir un.e grand.e « conversationalist » !

Posez des questions hypothétiques

Avant tout, attention à bien poser des questions ouvertes. En effet, il est vraiment très frustrant de lancer une conversation, et de ne recevoir qu’un laconique « oui » ou « non » de votre interlocuteur. Mais pour l’emmener encore plus loin avec vous, n’hésitez pas à poser des questions hypothétiques :

  • What would you do if… (you won the lottery, you could change job, ….)

Mettez de l’emphase sur les similarités

Nous allons naturellement vers ce qui nous est similaire. Alors pour relancer une conversation, rien de mieux que de faire savoir à votre interlocuteur que vous êtes d’accord avec lui, que vous avez la même expérience, que vous ressentez la même chose

  • I totally agree with that
  • We are on the same page on that
  • I had the same experience
  • I would be as furious as you if this happened to me

Demandez des conseils

Tout le monde aime donner des conseils. Alors pourquoi ne pas en tirer profit pour faire participer votre interlocuteur à la conversation ?

  • What would you do if you were me ? (ou avec l’idiom approprié : if you were in my shoes ?)
  • What do you think about it ? What is you opinion on this subject ?

Parlez de vos émotions

Cele met toujours de la chaleur et de l’intensité à une conversation. Mais attention, contrairement à certaines idées reçues, le vocabulaire anglais est très riche et très nuancé lorsqu’il s’agit de émotions. Soyez sur de bien choisir la bonne.

  • I was so upset (en colère ou bouleversé.e selon le contexte)
  • I was so confuse (j’étais tellement confus.e)

Et vous, quelle est votre formule magique pour relancer une conversation ? Dites-le nous en commentaire !

Spécial Débutants : Comment accéder à plus d’anglais dans une période où l’on sort peu…

Pas beaucoup de sorties en prévision pour les mois qui viennent. Entre les restrictions sur le nombre de personnes dans les salles, et notre envie de rater au chaud quand le froid s’invite, il faut de nouvelles solutions. Nous vous en proposons 2 qui nous plaisent, et qui conviennent parfaitement aux débutants.

Lire un livre que l’on a déjà lu

Vous me direz, cela s’appelle « relire »… Oui mais là on vous propose de le lire en anglais cette fois. Si vous avez lu le livre, vous connaissez déjà l’intrigue et les personnages, vous aurez moins de difficultés à vous accrocher si certains passages sont difficiles. Et vous pourrez vous concentrez plus sur le vocabulaire et les tournures de phrases.

Il semble que le livre qui marche le mieux dans ce contexte est la version anglaise du Petit Prince de Saint-Exupéry. Parce que 1/ Tout le monde à lu le Petit Prince, 2/ C’est un texte court 3/ C’est un texte magnifique que l’on peut relire 100 fois sans s’en lasser.

Utiliser une application pour lire et écouter le texte en même temps

Idéal pour améliorer votre compréhension orale et votre accent. Vous lisez les mots en anglais et entendez en même temps comment ils se prononcent.

Nous on utilise Beelinguapp (même s’il y a parfois quelques bugs son avec l’Iphone…) parce que

  • Beaucoup de texte sont accessibles dans la version gratuite. On n’aura pas forcément tous les épisodes sans passer par la case « carte bleue », mais si on utilise l’appli pour pratiquer, ce n’est pas grave
  • Les textes sont courts dans la catégorie débutants (Beginners) et donc ça ne prend donc pas trop de temps
  • On peut choisir la vitesse de l’audio, ce qui permet de ralentir quand une phrase nous semble compliquée, et y passer un peu plus de temps
  • Il y a la version française dispo si on le souhaite (évidemment, moi, je ne recommande pas : c’est obligé votre cerveau à passer d’une langue à l’autre en permanence, et c’est beaucoup plus fatiguant que de se lancer dans la lecture d’un texte strictement en VO)

Vous avez d’autres astuces ? N’hésitez pas à nous en faire part en commentaires, nous les explorerons toutes pour les partager avec la communauté

Téléphoner en anglais – 5 astuces pour ne pas perdre le fil

Cela revient TRES souvent pendant les formations… le plus difficile, c’est de téléphoner en anglais. Même lorsque l’on maitrise son sujet, que l’on a toutes les réponses à toutes les cases du 8D… Faire passer le message par téléphone, c’est extrêmement difficile.

Pas de panique, nous sommes là pour vous aider : voici 5 astuces pour ne pas perdre le fil lorsque vous passez un appel en anglais.

(et si vous n’êtes toujours pas prêt, il est toujours possible de se replier sur un e-mail : voir notre article pour écrire « the perfect e-mail » ici http://bit.ly/2IS766B)

Astuce 1 – « Hello, this is X, calling from France »

Dès la première phrase, le contexte est clair : vous n’êtes pas native-speaker. Si votre interlocuteur a un peu de bon sens, il ne va pas se lancer dans une phrase de 200 mots à toute vitesse.

Astuce 2 – « May I speak to Y please ? »

Il est bon d’avoir quelques formules sous la main, et de les connaitre par coeur. Pas besoin de réfléchir, elles viennent toutes seules :

  • May I speak to Y please ?
  • I’m sorry, could you repeat that ?
  • Can you spell that for me please ?
  • May I leave a message ?

Astuce 3 – « Can you spell that for me please ? »

Ne pas hésitez à demander à votre interlocuteur d’épeler un mot ou un nom. Cela vous permet de le poser sur le papier, et souvent, une fois écrit, le terme prend tout sons sens ! Mais attention, cela demande un peu de travail préalable : la prononciation des voyelles est différentes de la notre, et il y a des lettres difficiles à prononcer (le fameux « R ») ou encore des lettres pour lesquelles la prononciation est inversée par rapport au français (le « J » et le « G » par exemple)

Astuce 4 – « Please » & « Thank you »

On en met un peu partout. Parce que

  • c’est toujours mieux d’être poli avec son interlocuteur
  • les anglo-saxons en mettent partout ! même s’ils ne s’en rendent même plus compte
  • ça donne l’impression d’être à l’aise.

Astuce 5 –  « Can I put you on hold for a moment, please ? »

On prend le temps de respirer ! Cette phrase permet de mettre le correspondant en attente lorsque l’on cherche une info, une personne… mais pourquoi pas l’utiliser aussi lorsque l’on cherche à reprendre son souffle, à se ressaisir ? Votre interlocuteur ne s’en formalisera pas (enfin, si vous ne lui faites pas le coup 10 fois dans la conversation…) et vous, vous prenez quelques respirations, et c’est reparti !

Alors, vous êtes prêts ? On le passe, ce coup de fil que l’on repousse depuis des heures ? C’est finalement une question de pratique, alors préparer vos phrases types, votre crayon et votre papier… (Revenez aussi un peu au sujet de votre appel !) Et « GO » !

Et n’oubliez pas, si vous de avez vous rabattre sur un e-mail, notre article « the perfect e-mail » est ici : http://bit.ly/2IS766B

Faux-Amis

Ils sont une source inépuisable de quiproquo… et de franche rigolade ! Si tout le monde connait l’histoire de l’umbrella et du parapluie, beaucoup d’autres faux-amis existent entre le français et l’anglais, et nous vous proposons quelques exemples plutôt drôles ci-dessous :

Vous pensez maitriser le sujet ? Alors tentez votre chance avec notre quizz en lien ici : https://bit.ly/2QRexyY

5 faux amis à traduire correctement, et un livre en anglais à gagner à la clé ! (par tirage au sort parmi les bonnes réponses)

Et pour être sur.e de ne jamais louper aucun de nos faux amis ou jolis mots en anglais, suivez-nous sur Facebook : https://www.facebook.com/thefloatingmushroom/

Club de Conversation… Mais qu’est-ce que c’est

Le Club de Conversation du Floating Mushroom reprend dès le 10 septembre, sous le nom très explicite de « Talk & Drink – Happy English Hour »

Mais qu’est-ce que c’est exactement qu’un club de conversation ? Et bien, à notre avis, c’est la meilleure façon de pratiquer l’anglais. On vous dit pourquoi et comment ci-dessous.

Qui

Tout le monde peut venir au Club de Conversation, quelque soit son niveau d’anglais ou ses facilités à s’exprimer. On y trouvera aussi bien des débutants ou des personnes qui n’ont pas pratiqué depuis des années que des personnes presque bilingues. C’est l’intérêt du club : on s’exerce, on s’entraide, on apprend de nouvelle expression ou de nouveaux mots… Mais surtout on s’exprime, et on réalise que finalement, on se fait plutôt bien comprendre !

A partir de cette rentrée 2020, le club devient une collaboration entre Le Site Economique des Lacs et The Floating Mushroom. Le Site Eco assurera la partie « Drink » et nous la partie « Talk »… D’où le nouveau nom de cet événement.

Quand

Le club de conversation devient régulier, avec un rendez-vous tous les 2e jeudis du mois à 18h00 à Thyez. Plus besoin de chercher la date… Mais si vous voulez quand même des rappels réguliers, vous pouvez toujours vous abonner à notre Newsletter : https://bit.ly/3gLe8IG

Comment

L’idée principale, c’est de parler. De s’exprimer en anglais. De se lancer, en quelque sorte. D’y aller une bonne fois pour toute… et on verra bien. L’expérience montre que la plupart du temps, c’est ce qui est difficile pour nous Français : nous lancer dans une langue que nous ne maitrisons pas, avec la peur de faire des erreurs, de dire une grosse bêtise, d’être ridicule…

Faire partie d’un club de conversation, c’est réussir à passer au delà de son appréhension grace à un environnement bienveillant et convivial, mais surtout en multipliant les petites conversations 2 par 2. Pas besoin de s’exprimer devant un grand groupe si l’on n’est pas à l’aise, et si une personne parle trop vite ou avec un accent à couper au couteau, et bien, dans 6 minutes maximum, on sera en train de converser avec quelqu’un d’autre, alors ça veut quand même le coup de s’accrocher un peu !

Alors, convaincu.e ? Ou pas encore tout à fait ? Venez nous rejoindre ce 10 septembre pour tester le club de conversation.

Nota : en raison des consignes sanitaires, l’inscription est obligatoire, mais toujours gratuite -> Merci de suivre le lien ici pour vous inscrire : https://bit.ly/2YECrSJ

Pas dispo le 10 septembre ? Abonnez-vous à notre Newsletter pour ne plus jamais loupé aucun de nos événements : https://bit.ly/3gLe8IG

Holidays !

Ca y est, elles sont là, les vacances ! But it’s only goodbye for a little while (ce n’est qu’un au revoir). Avant de fermer l’ordinateur pour quelques semaines tranquilles, voici un petit rappel de ce qui vous attend en septembre :

Club de Conversation

A la demande générale (des participants) le club de conversation reprendra dès septembre. Avec un peu de chance, nous ne serons plus limités à 10 participants, et nous pourrons donc accueillir tous ceux qui souhaite venir faire un petit peu de « small talk » avec nous.

Formations

Malgré les difficultés du printemps, les formations ont pu être maintenues – encore merci aux stagiaires pour leur flexibilité. Certes, il a fallut un peu s’adapter, et la liaison n’était pas toujours excellente. Mais je suis sure qu’un jour nous nous souviendrons avec nostalgie de ces moments. Un jour…

Communauté

La page Facebook est de plus en plus appréciée, et cet été nous restons en contact avec vous via une série de posts sur les citations célèbres (voir l’article complet ici : https://bit.ly/2ZLqwmS)

Mais la communauté vie aussi dans le monde réel, et avec un peu de chance nous pourrons nous retrouver dès septembre pour aller ensemble voir films en VO ou autres événements nous permettant de parler anglais.

Pour ne rien louper, abonnez-vous à notre Newsletter en m’envoyant un mail à l’adresse suivante : the.floating.mushroom@gmail.com

Bel été à tous !

Un été tout en culture avec The Floating Mushroom

A suivre tout l’été sur notre page Facebook (https://www.facebook.com/thefloatingmushroom/) : Nous revenons sur quelques citations célèbres de la littérature anglo-saxonne. Vous savez, ces petites phrases que l’on a tous entendues, mais dont on ne se souvient pas forcément d’où elles viennent.

Voici donc les auteurs que nous avons choisis.

Tout d’abord Shakespeare – Incontournable : Ne dit-on pas que l’Anglais est justement « sa » langue. Et contrairement à ce que l’on croit parfois, en imaginant le théâtre de Shakespeare comme froid et obtus, beaucoup de ses pièces sont pleines d’humour et de mots d’esprit brillants. Nous vous proposerons une phrase issue de sa pièce la plus connue, Roméo et Juliette, et une autre extraite du Marchand de Venise. Et nous vous entendons déjà vous écrier « ah bon, c’est de là que ça vient ?! »

Il y aura aussi Jane Austen, parce qu’elle est l’une des plus belles voix féminine de la littérature, et qu’elle reste une idole pour beaucoup encore aujourd’hui. Là, nous seront moins dans le trait d’esprit, et plus dans la profondeur des sentiments. Mais même au mois d’aout, ça ne peut pas faire de mal.

Nous avons aussi fait deux choix liés à des titres plus qu’à leurs auteurs : se sont des classiques, et même si on ne les a pas lu, on connait l’histoire (en gros). Il s’agit d’une des plus belles citations d’Alice, dans Alice au Pays des Merveilles, et une jolie petite phrase de Dorothy dans le Magicien d’Oz.

Et puis, bien sur, Oscar Wilde – Parce que j’aime Oscar Wilde et son sens de l’humour tellement « witty » et je pourrais vous en parler pendant des heures. Mais il est temps de partir en vacances, alors likez notre page Facebook (si ce n’est pas encore fait) pour être sur de ne rien louper cet été.

Rendez-vous en septembre pour de nouveaux articles pleins d’astuces et de bonne humeur !

3 new tips for hunting a job – 3 nouvelles astuces pour votre recherche d’emploi

La demande de mise à jour de CV ou d’exercices type entretien d’embauche revient en force en ces temps un peu bizarre où, soyons francs, nous ne sommes pas tous très rassurées quant à notre avenir professionnel. Voici donc 3 nouvelles astuces pour que votre candidature fasse a différence.

NB : les articles précédents sont toujours disponibles :

Tip 1 : On ne raconte pas d’histoire

Si votre niveau d’anglais est A2+, ne mettez pas B1- dans votre CV. C’est vrai que ça à l’air de rien comme ça, un demi-niveau, mais la marge entre A et B est pourtant grande. Un niveau A2+ veut dire que l’on est capable de se débrouiller à l’étranger pour son compte personnel ou sur des sujets dont on a la maitrise. Un niveau B1- veut dire que l’on peut s’adapter facilement à une conversation professionnelle sur un nouveau sujet inconnu jusque là.

Et s’il n’est pas certain que tous les recruteurs soient en mesure de faire la différence, si cela compte pour l’entreprise qui cherche à vous recruter, elle aura un moyen de vous tester.

Tip 2 : Attention avec le correcteur automatique

Nous vous l’avons déjà répété précédemment, il faut prendre le temps de relire tous vos écrits avant de les envoyer.

Mais lorsque l’on a utilisé un utilitaire de traduction automatique, comment faire pour s’assurer que ce qui est écrit correspond bien à ce que l’on voulait dire ? Il n’y a malheureusement pas de réponse infaillible à cela, à moins d’avoir un native speaker sous la main, ou au moins un collègue qui maitrise bien la langue.

Donc on réduit – voir on oublie – le recourt aux traductions automatiques ! Le mieux lorsque l’on se trouve coincé sur un mot ou une expression que l’on ne sait pas traduire, c’est de changer sa formulation. On revient au base : un sujet + un verbe + un complément. Si vous êtes sur un sujet que vous maitrisez vraiment, « that should do the trick » (ça devrait le faire)

Tip 3 : Remercier par écrit après chaque entretien

Surtout si vous pouvez le faire en anglais.

Au delà de l’attention personnelle, et de l’occasion de remercier ou de faire le point sur un entretien qui vous a particulièrement intéressé, c’est aussi une belle opportunité de vous exprimer dans un anglais plus « street English », plus relaxé, si c’est un niveau de langue avec lequel vous êtes à l’aise. Ainsi, vous vous créez une nouvelle chance de montrez votre bon niveau.

Et parce que la meilleure façon de parler anglais, c’est de parler anglais, nous vous rappelons les clubs de conversation qui ont lieu régulièrement sur Thyez.

Le prochain est le 3 juillet, à 18h. N’hésitez pas à venir pour tester votre capacité à faire du « small talk » in English : https://bit.ly/373ANgq